Enquête aéronautique A13Q0098

Panne de carburant et atterrissage d'urgence dans un champ d'un Beech King A100 exploité par Aviation Flycie Inc. près de Beloeil (Québec)

L'événement

Le 10 juin 2013, un Beech King A100 exploité par Aviation Flycie Inc. a décollé de l'aéroport de Saint-Hubert pour effectuer un vol local avec 1 pilote et 3 passagers à son bord. Alors que l'appareil était en approche de l'aéroport de Saint-Hubert, les 2 moteurs se sont arrêtés en raison d'une panne d'alimentation de carburant. Le pilote a tenté un atterrissage forcé à l'aéroport de Beloeil; toutefois, l'appareil n'a pu planer jusqu'à l'aéroport et s'est posé dans un champ à 0,5 nm à l'ouest de celui-ci. Le bimoteur a subi des dommages importants et les 4 occupants ont été légèrement blessés.

Carte de la région

Enquêteur désigné 

Photo de Pierre Gavillet, Enquêteur désigné

Pierre Gavillet s'est joint à l'équipe de la Direction des enquêtes (Air) au bureau régional du BST à Dorval (Québec)En octobre 2007, à titre d'enquêteur/spécialiste des opérations. Il a plus de 30 ans d'expérience en opérations de travail aérien, en exploitation de taxi aérien, en service de navette et finalement en tant que pilote de lignes aériennes au Canada et à l'étranger. Il a piloté plus d'une cinquantaine de modèles d'appareils allant des petits appareils d'entraînement aux avions gros porteurs comme les DC8, B757, A300, A310 et A330 dans la plupart des régions du monde.

Depuis qu'il s'est joint au BST, M. Gavillet a participé à plusieurs enquêtes au Québec et en Ontario.

Icone du site Flickr

Voir des images en haute résolution sur la page Flickr du BST.

Processus d'enquête du BST

Une enquête du BST se déroule en 3 étapes :

  1. L'étape du travail sur le terrain : une équipe d'enquêteurs examine le lieu de l'événement et l'épave, interviewe les témoins et recueille toute l'information pertinente.
  2. L'étape d'examen et d'analyse : le BST examine toute la documentation liée au dossier, effectue des tests en laboratoire sur des composantes de l'épave, établit la chronologie des événements et identifie toute lacune en matière de sécurité. Lorsque le BST soupçonne ou constate des lacunes en matière de sécurité, il en informe sans tarder les organismes concernés sans attendre la parution du rapport final.
  3. L'étape de production du rapport : une version confidentielle du rapport est approuvée par le Bureau et envoyée aux personnes et organismes qui sont directement touchés par le rapport. Ceux-ci ont l'occasion de contester ou de corriger l'information qu'ils jugent erronée. Le Bureau tient compte de toutes les observations fournies avant d'approuver la version définitive du rapport, qui est ensuite publiée.

Vous trouverez de plus amples détails à la page sur le Déroulement des enquêtes.