Enquête aéronautique A16O0016

Incursion sur piste

L'événement

Le 30 janvier 2016, un Embraer 190 exploité par Air Canada (ACA726) roulait en vue de son départ sur la piste 24R de l’aéroport international de Toronto/Lester B Pearson (LBPIA). L’aéronef ACA726 a roulé sur la piste sans autorisation. Au même moment, un Airbus A320 exploité par Air Canada (ACA1259) était en courte finale pour se poser sur la piste 24R. L’aéronef ACA1259 a amorcé une approche interrompue à la suite de l’incursion sur piste.

Carte de la région

Enquêteur désigné

Photo de Kevin Roach

Officier supérieur à la retraite des Forces canadiennes, M. Kevin Roach compte 34 années d’expérience dans le domaine de l’aviation militaire en tant que contrôleur de la circulation aérienne. Il a évolué au sein de plusieurs unités de contrôle de la circulation aérienne selon les règles de vol à vue et de vol aux instruments, devenant par la suite gestionnaire d’unité.

M. Roach s’est joint à l’École des opérations de contrôle aérospatial des Forces canadiennes en 1997 à titre d’instructeur en contrôle de la circulation aérienne. Lorsqu’il a quitté cette organisation, il occupait le poste d’instructeur-chef et était chargé de la prestation de l’entraînement du contrôle de la circulation aérienne pour l’Aviation royale canadienne.

Avant de se joindre au Bureau de la sécurité des transports du Canada, en 2013, M. Roach travaillait au Bureau de coordination de la gestion de la circulation aérienne, à Ottawa, où il était responsable de la liaison quotidienne entre le ministère de la Défense nationale, l’Aviation royale canadienne, Transports Canada et NAV CANADA.

Processus d'enquête du BST

Une enquête du BST se déroule en 3 étapes :

  1. L'étape du travail sur le terrain : une équipe d'enquêteurs examine le lieu de l'événement et l'épave, interviewe les témoins et recueille toute l'information pertinente.
  2. L'étape d'examen et d'analyse : le BST examine toute la documentation liée au dossier, effectue des tests en laboratoire sur des composantes de l'épave, établit la chronologie des événements et identifie toute lacune en matière de sécurité. Lorsque le BST soupçonne ou constate des lacunes en matière de sécurité, il en informe sans tarder les organismes concernés sans attendre la parution du rapport final.
  3. L'étape de production du rapport : une version confidentielle du rapport est approuvée par le Bureau et envoyée aux personnes et organismes qui sont directement touchés par le rapport. Ceux-ci ont l'occasion de contester ou de corriger l'information qu'ils jugent erronée. Le Bureau tient compte de toutes les observations fournies avant d'approuver la version définitive du rapport, qui est ensuite publiée.

Vous trouverez de plus amples détails à la page sur le Déroulement des enquêtes.