Enquête aéronautique A16Q0020

Givrage et perte de maîtrise

L'événement

Le 3 février 2016, un aéronef DHC8-100, exploité par Jazz Aviation effectuait un vol selon les règles de vol aux instruments depuis l’aéroport international Pierre-Elliot-Trudeau de Montréal (Québec) (CYUL) à destination de Mont-Joli (Québec) (CYYY) avec 24 passagers et trois membres d’équipage à son bord. Lors de la descente en conditions de givrage, une accumulation de glace s’est produite et le système de dégivrage a semblé fonctionner normalement. Pendant l’approche finale, l’appareil a subi de la turbulence, et il y a eu une perte de maîtrise de la gouverne de profondeur. Après avoir augmenté la vitesse de l’aéronef, le pilote aux commandes est parvenu à reprendre la maîtrise de l’appareil. L’équipage a poursuivi l’approche et l’appareil s’est posé sans autre incident. Aucun blessé ni aucun dommage n’a été signalé. Une fois au sol, l’équipage a noté que le système de dégivrage n’avait pas fonctionné sur l’aile gauche ainsi que sur le stabilisateur gauche.

Carte de la région

Enquêteur désigné

Photo de Isabelle Langevin

Isabelle Langevin s’est jointe à l’équipe de la Direction des Enquêtes (Air) au bureau régional du BST à Dorval (Québec) en septembre 2015 à titre d’enquêteur Opérations (Air). Au cours de sa carrière, Isabelle a travaillé comme instructeur de vol, avant de travailler à titre de pilote sur le DHC-6, King Air et Dash 8, principalement dans le Nunavik (Nord du Québec). En 2006, elle s’est jointe à Nav Canada à titre de spécialiste à la conception des procédures aux instruments et analyste principale. Depuis 2008, elle a occupé différents postes au sein de Transports Canada dont celui de Chef d’équipe technique, Opérations aériennes. Isabelle détient un Baccalauréat en Science politique.

Processus d'enquête du BST

Une enquête du BST se déroule en 3 étapes :

  1. L'étape du travail sur le terrain : une équipe d'enquêteurs examine le lieu de l'événement et l'épave, interviewe les témoins et recueille toute l'information pertinente.
  2. L'étape d'examen et d'analyse : le BST examine toute la documentation liée au dossier, effectue des tests en laboratoire sur des composantes de l'épave, établit la chronologie des événements et identifie toute lacune en matière de sécurité. Lorsque le BST soupçonne ou constate des lacunes en matière de sécurité, il en informe sans tarder les organismes concernés sans attendre la parution du rapport final.
  3. L'étape de production du rapport : une version confidentielle du rapport est approuvée par le Bureau et envoyée aux personnes et organismes qui sont directement touchés par le rapport. Ceux-ci ont l'occasion de contester ou de corriger l'information qu'ils jugent erronée. Le Bureau tient compte de toutes les observations fournies avant d'approuver la version définitive du rapport, qui est ensuite publiée.

Vous trouverez de plus amples détails à la page sur le Déroulement des enquêtes.