Semaine de la sécurité ferroviaire : prévenir les accidents aux passages à niveau

ISSN 2369-8748

28 Avril 2014
Signé par : Rox-Anne D'Aoust

Il n’y a pas de période de pointe durant l’année pour les accidents aux passages à niveau. Les collisions avec les trains ne surviennent pas nécessairement à un moment particulier de la journée, à certains jours de la semaine ou durant une saison plutôt qu’une autre – elles se produisent n’importe quand. Au Canada, il y a plus de 37 000 passages à niveau entre une voie ferrée et une chaussée. Chaque année, environ 300 collisions et incidents dus à des intrusions se produisent à des passages à niveau et aux abords de voies ferrées, faisant près de 130 morts ou blessés gravesNote de bas de page 1. On peut prévenir ces accidents. C’est pourquoi le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) encourage les organismes qui partagent ses préoccupations en matière de sécurité des transports à sensibiliser le public à ces questions de sécurité. C’est le cas d’Opération Gareautrain (OG), un partenariat public-privé qui informe les Canadiens à propos des dangers que représentent les passages à niveau, afin de prévenir les collisions entre les trains et les véhicules motorisés ou les piétons.

Aujourd’hui, Opération Gareautrain lance la Semaine de sensibilisation à la sécurité ferroviaire, période durant laquelle nous encourageons les Canadiens à s’informer à propos de la sécurité ferroviaire. Comme le problème des collisions de trains de voyageurs avec un véhicule demeure l’un des enjeux sur notre Liste de surveillance, le BST applaudit toute initiative qui pourrait contribuer à prévenir ces accidents tragiques.

Dan Di Tota, ancien directeur national d’Opération Gareautrain, est coordonnateur technique au BST. Durant ses 12 années passées à OG, il a vu l’établissement de nombreux projets visant à sensibiliser le public aux dangers que présentent les passages à niveau. Des bénévoles d’Opération Gareautrain ont pris part à de nombreuses activités publiques organisées partout au pays durant la Semaine de sensibilisation à la sécurité ferroviaire. Parmi ces activités, il y a eu des campagnes éclair aux passages à niveau, des simulations de collisions et des présentations. Dan a joué un rôle déterminant pour que l’information concernant les passages à niveau soit ajoutée aux programmes des cours de conduite automobile partout au pays. Comme la plupart des écoles de conduite sont indépendantes, OG et ses bénévoles ont dû communiquer avec chacune d’elles individuellement pour y arriver – tout un exploit! OG privilégie les partenariats avec les gouvernements provinciaux et les collectivités, approche qui permet une meilleure sensibilisation aux dangers des passages à niveau. Malgré ces percées, Dan demeure préoccupé par le nombre d’accidents ferroviaires qui surviennent chaque année.

Dan Di Tota au siège social
à Gatineau (Québec)
Image de Dan Di Tota au siège social à Gatineau (Québec)

Quel danger?

Les intrusions, les automobilistes distraits et l’ignorance de la façon de réagir aux signaux des passages à niveau ne sont que quelques-uns des dangers qui mènent à des accidents à ces endroits.

Certains automobilistes, par exemple, réagissent de la mauvaise façon aux passages à niveau. Les trains de voyageurs peuvent rouler à des vitesses atteignant 100 m/h, et souvent les automobilistes évaluent mal la vitesse et la distance lorsqu’ils tentent de franchir une voie devant un train. Dans le cas des trains de marchandises, les gens ne comprennent pas que, même si un train freine, beaucoup d’entre eux ont une masse supérieure à 10 000 tonnes et peuvent mettre 2 km ou plus pour s’immobiliser complètement.

Pour Dan, la complaisance est l’un des principaux facteurs qui contribuent aux accidents aux passages à niveau. Certaines personnes ne croient tout simplement pas qu’un tel accident puisse leur arriver, parce qu’ils traversent des voies ferrées chaque jour sans que rien se produise. Et c’est bien souvent le cas. Toutefois, souligne Dan, c’est justement une telle attitude qui mène à la complaisance et qui est la source de nombreux accidents. « Parfois, les automobilistes ne prêtent aucune attention aux systèmes d’avertissement ou aux panneaux de signalisation, ou encore ne savent même pas ce que ces panneaux signifient. Puis, le jour où un train se trouve sur la voie, ils courent le risque d’entrer en collision avec lui parce qu’ils ne savent pas quoi faire! » explique Dan. C’est encore plus inquiétant lorsqu’on tient compte du fait que la plupart des accidents aux passages à niveau surviennent dans un rayon de 40 km du domicile du chauffeur.

« Je prends très au sérieux la sensibilisation des gens, parce que j’ai vu moi-même les résultats de ces accidents, qui sont pourtant évitables, ajoute Dan. La complaisance, la distraction et l’ignorance sont tout aussi dangereuses que texter au volant. Beaucoup de gens sont inconscients du risque ou des répercussions que ces accidents ont sur les familles et sur les collectivités… Les mécaniciens de locomotive et les équipes à bord des trains doivent ensuite vivre avec cela [les accidents mortels], pour le reste de leur vie. »

Même s’il ne fait plus partie d’Opération Gareautrain, Dan recommande les conseils de sécurité d’OG chaque fois que l’occasion se présente et incite les automobilistes à observer la signalisation et à éviter les intrusions sur le domaine du chemin de fer.

Le plus important message de sécurité qu’il peut partager avec tous les Canadiens pourrait bien être le suivant : soyez attentif! Traversez-vous des voies ferrées chaque jour? Êtes-vous en mesure de voir si un train approche, et êtes-vous prêt à vous arrêter avant qu’il atteigne le passage à niveau?

Les collisions de trains de voyageurs avec un véhicule figurent sur la Liste de surveillance du BST. Regardez la vidéo!


Image de Rox-Anne D'Aoust

Rox-Anne D’Aoust, gestionnaire des communications stratégiques et des relations avec les médias au BST, compte plus de 25 années d’expérience dans ce domaine. Elle est également avide de ski, de vélo et de course à pied et se considère choyée d’avoir deux adolescents qui partagent sa passion pour les sports de plein air (une fois qu’elle leur a enlevé leurs iPod). Le prochain défi qu’elle se lance est d’apprendre à jouer d’un instrument de musique.

Date de modification :