Le soutien aux enquêteurs : Une journée dans la vie de l’agent des installations du BST

ISSN 2369-8748

29 Juillet 2014
Signé par : Roberto Medeiros

Je n’étonnerai personne en disant que les enquêtes du BST font appel à un grand nombre de spécialistes et exigent beaucoup de travail d’équipe. Quand j’ai accepté le poste d’agent des Installations, Finances, Planification et administration au BST il y a trois ans, je ne m’attendais pas à jouer un rôle significatif dans les enquêtes. J’étais loin de me douter que l’expérience acquise au cours de mes nombreuses années dans les Forces canadiennes allait m’être utile à ce point. J’ai eu le privilège de servir sous notre drapeau en Bosnie, en Croatie et ailleurs dans le monde. Mon travail consistait à gérer la flotte, le matériel et l’approvisionnement. Mon métier était déjà de fournir le nécessaire aux personnes sur le front. Déterminer l’équipement dont ils auraient besoin m’est rapidement devenu inné.

Pour passer au peigne fin et documenter les lieux d’un accident, les enquêteurs du BST se doivent d’être très minutieux et pour ce faire, ils ont besoin d’une quantité étonnante d’équipement. C’est moi qui suis chargé de l’achat et de la distribution des vêtements et du matériel, en plus de la gestion des stocks au quotidien.

Lorsque des enquêteurs du BST sont dépêchés sur les lieux d’un accident, mon rôle est de leur offrir tout le soutien possible. Ça signifie généralement de leur fournir des vêtements de rechange, de l’équipement de protection et des outils. L’équipement de protection individuel va des vêtements ignifuges aux casques, protecteurs d’oreilles, masques faciaux, etc. En cas de risque de contamination, on fournit aux enquêteurs une trousse de protection contre les biorisques qui comprend une combinaison de protection biologique, des gants de nitrile, du ruban résistant aux produits chimiques, des bottes de néoprène, un vaporisateur désinfectant ainsi que d’autres vêtements protecteurs.

Roberto Medeiros à
Lac-Mégantic, juillet 2013
Image de Roberto Medeiros à Lac-Mégantic, juillet 2013

Les enquêteurs et les autres membres du personnel du BST, ceux des communications par exemple, se rendent souvent sur des lieux d’accidents ou au laboratoire du BST à bord de véhicules gouvernementaux. Nous avons une flotte de 22 véhicules au pays (siège social et bureaux régionaux), et mon rôle est de m’assurer que tout ce monde peut se rendre à destination en temps opportun et en sécurité. Je m’occupe de l’achat et de la vente de tous les véhicules routiers du service, et de leur entretien chez les concessionnaires.

En 2013, on m’a envoyé à Lac-Mégantic prêter main-forte à nos enquêteurs et aux membres de l’équipe du National Transportation Safety Board venus des États-Unis faire des balayages 3D. Sur place, on m’a également confié des tâches administratives pour aider les enquêteurs du BST et d’autres spécialistes en documentation. J’ai même dû quitter la ville pour acheter du matériel particulier comme des cartes mémoire SD, des vêtements de protection spéciaux et des outils. Ça peut sembler simple, mais ce travail doit être fait, et bien fait, pour que les équipes puissent mener leur tâche à bien. Voilà ce que c’est, le soutien : travailler dans l’ombre, accomplir des tâches imprévues et être une personne-ressource accessible en tout temps, pour tout.

Il n’y a pas deux journées pareilles, et c’est ce qui rend mon travail si intéressant. Je suis très fier de contribuer à l’avancement des enquêtes du BST. C’est ma façon à moi de rendre les transports plus sécuritaires au Canada.


Image de Roberto Medeiros

Roberto Medeiros est l’Agent des installations, finances, planification et administration du BST et possède plus de 20 années d’expérience en matière de déploiements à travers le Canada et les États-Unis, et de déploiements outre-mer. Roberto passe la plupart de son temps libre à modifier et préparer des voitures pour des courses sur piste. Il aime également s’adonner au jardinage lorsqu’il est à la maison.

Date de modification :