Effets de la fatigue sur la performance humaine – pourquoi la fatigue fait partie des facteurs envisagés par le BST lors de chaque enquête sur un événement

ISSN 2369-8748

12 Mars 2015
Signé par : Missy Rudin-Brown

Bien que la plupart des gens aient besoin d’environ 8 heures de sommeil chaque nuit pour se sentir bien reposés, 30 % des Canadiens disent dormir moins de 6 heures par nuit et 60 % disent qu’ils se sentent fatigués « la plupart du temps »Note de bas de page 1. Dans le passé, fonctionner avec le moins de sommeil possible, particulièrement dans certains secteurs comme la pêche commerciale, l’exploitation ferroviaire et l’aviation, était considéré comme une nécessité plutôt qu’un comportement à décourager.

Dormir trop peu ou mal en raison de longues heures de travail, ou encore parce qu’on tente de dormir à un moment où on serait habituellement éveillé ou qu’on est éveillé à un moment normalement consacré au sommeil, contribue à la fatigue et au sentiment de lassitude qui en résulte. Par fatigue, on entend le sentiment de lassitude que l’on ressent lorsqu’on ne dort pas assez ou que l’on dort mal. Les gens qui travaillent dans le secteur des transports de nos jours, où il est de mise d’offrir un service 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sont particulièrement susceptibles de ressentir de la fatigue.

Effets de la fatigue sur la performance

La fatigue peut avoir différents effets sur la performance d’une personne. Les gens qui sont fatigués sont plus facilement distraits, ont plus de difficulté à se concentrer, ont plus facilement tendance à oublier des choses, prennent plus de temps pour résoudre des problèmes, font plus d’erreurs, ont des temps de réaction plus longs et prennent plus de risques qu’ils ne le feraient autrement. Dans les cas extrêmes, ils pourraient tomber endormis en conduisant un véhicule! Mais les risques pour la sécurité des transports attribuables à la fatigue ne se limitent pas aux conducteurs de véhicules. La performance de personnes occupant d’autres fonctions, par exemple les gestionnaires qui planifient le travail et supervisent les activités, les contrôleurs de la circulation, les mécaniciens, les techniciens, les bagagistes et ceux qui assurent le service à la clientèle, peut aussi avoir des conséquences néfastes sur la sécurité si elle est amoindrie par la fatigue. En outre, la fatigue rend parfois les gens irritables ou colériques, ce qui peut avoir des répercussions sur la performance de leur entourage.

Enquêter sur la fatigue

Comme la fatigue est si courante et si acceptée dans la société d’aujourd’hui, il faut la considérer comme un facteur possible lors de toute enquête sur un événement. En tant qu’enquêteurs, nous devons rigoureusement amasser les données sur le sommeil aussitôt que possible dans une enquête.

Y avait-il de la fatigue?

La première étape consiste à demander les historiques de travail et les heures de sommeil et d’éveil de tout le personnel d’exploitation en cause dans un événement. Pour faciliter ce processus, le BST a mis au point un outil novateur pour l’étude de la fatigue, qui peut servir à la collecte et à l’analyse des données. Cet outil permet de documenter de manière convaincante la présence de fatigue lors d’accidents de transport, ainsi que son incidence sur la sécurité, afin que les personnes responsables de la gestion de la sécurité des transports soient plus à même de mettre en place des solutions efficaces, comme des programmes de gestion des risques associés à la fatigue.

Les gens oublient rapidement leurs cycles de sommeil. C’est pourquoi les entrevues doivent être menées dès que possible après un accident. Les enquêteurs devront interroger la personne à propos de ses habitudes de sommeil normales, c.-à-d. combien de temps et à quel moment elle dort habituellement lorsqu’elle peut se reposer à sa guise. Ils évalueront également les caractéristiques physiques de la personne, lui demanderont si elle a des problèmes de santé, l’interrogeront sur sa consommation d’alcool, de drogues et de médicaments (autant les médicaments d’ordonnance que ceux en vente libre) et lui poseront des questions sur son environnement de sommeil. L’apnée obstructive du sommeil, le somnambulisme, les terreurs nocturnes et les impatiences des membres inférieurs sont d’autres troubles du sommeil qui peuvent limiter la durée et la qualité du sommeil.

La fatigue a-t-elle contribué à l’événement?

Après avoir établi que la fatigue était présente au moment d’un accident, nous devons déterminer si elle a influé sur la sécurité et contribué à l’événement. Le fait qu’une personne était fatiguée lors des événements qui ont précédé un accident ne signifie pas nécessairement que l’effet de la fatigue sur sa performance a contribué à l’accident. Pour comprendre si la dégradation de la performance qui a causé un accident ou y a contribué pourrait avoir été due à la fatigue, il s’agit normalement de comparer le ou les comportement(s) observé(s) avec les effets connus et habituels de la fatigue, ainsi qu’avec ceux d’autres facteurs contributifs possibles. Si la dégradation de la performance d’une personne touchait le traitement de l’information, la prise de décision, l’attention, l’humeur ou le temps de réaction, il est possible que la fatigue ait joué un rôle.

Conclusion

Peu importe sa source, la fatigue chez les individus responsables de la sécurité des transports est un risque qu’il convient de comprendre et d’atténuer. Comme bien des secteurs de l’industrie des transports fonctionnent jour et nuit, la fatigue et ses effets ne peuvent être éliminés complètement, mais il est essentiel de les gérer. À cette fin, le premier pas consiste, pour les enquêteurs du BST, à documenter la prévalence et le rôle de la fatigue dans les accidents de transport qui surviennent. Pour faciliter la tâche, le BST vient de publier le Guide sur la fatigue liée au manque de sommeil à l’intention des enquêteurs, qui contient l’outil de collecte et d’analyse des données sur la fatigue.

Veuillez communiquer avec nous pour en savoir plus sur la fatigue ou pour demander un exemplaire du guide. Vous pouvez nous envoyer un courriel à communications@bst-tsb.gc.ca ou nous téléphoner au 1-800-387-3557 (poste 2).


Image de Missy Rudin-Brown

Christina (Missy) Rudin-Brown occupe le poste d’enquêteuse principale, facteurs humains, au sein du BST depuis 2012. Depuis plus de 20 ans, elle étudie les effets des facteurs humains sur le comportement des opérateurs du secteur des transports, tel que l’altération des capacités en raison de la fatigue, les distractions, et la consommation de drogue et d’alcool. Elle demeure à Ottawa avec son mari et ses trois filles, et dans ses temps libres, elle aime voyager et se tenir en forme.

Date de modification :