Communiqué de presse

Une mauvaise gestion du carburant a entraîné l'accident d'hydravion fatal près de La Tuque (Québec) en juillet 2011

Gatineau (Québec), le 17 juillet 2013 — Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié aujourd’hui son rapport d’enquête (A11Q0136) sur un arrêt moteur et un amerrissage forcé du Cessna A185E, exploité par Air Tamarac Inc., survenu le 18 juillet 2011 près de La Tuque (Québec).

Le Cessna sur flotteurs effectuait des vols touristiques dans la région de La Tuque. Au cours du troisième vol de la journée, le moteur de l’aéronef s’est arrêté en raison d’une panne d’alimentation du réservoir gauche. Après avoir prévu un amerrissage d’urgence sur la rivière Bostonnais, le pilote de l’aéronef a tenté de redémarrer le moteur, mais sans succès. En raison du relief de la rivière, le pilote a dû effectuer un virage serré. L’aéronef a alors décroché, piqué du nez et a percuté la surface de l’eau. Des 5 occupants à bord, 1 passager est décédé.

L’enquête a permis de déterminer que le carburant n’avait pas été mesuré avant le vol en question. De plus, puisque les indicateurs de quantité de carburant de ce type d’aéronef sont reconnus comme étant imprécis, il était difficile de prédire à quel moment le réservoir serait à sec. L’enquête a aussi permis de déterminer que le pilote n’a pas utilisé la pompe carburant électrique d’appoint pour redémarrer le moteur à la suite de la panne.

L’enquête a ciblé d’importantes questions de sécurité concernant l’exploitation des hydravions. Dans le cas présent, Air Tamarac n’a pas distribué aux passagers les guides créés par Transports Canada sur la sécurité des passagers à bord d’hydravions, et les consignes de sécurité données aux passagers étaient incomplètes. De plus, les passagers et le pilote n’ont pas pris un vêtement de flottaison individuel de l’aéronef avant l’évacuation.

Depuis cet événement, Air Tamarac a procédé à la mise en œuvre de nouvelles mesures de sécurité : le port de vêtements de flottaison individuels est désormais obligatoire pour tous les occupants des hydravions, les consignes de sécurité aux passagers doivent être données avant le démarrage du moteur et la formation offerte aux pilotes comprend maintenant une formation initiale obligatoire sur l’évacuation sous l’eau lorsque l’hydravion est submergé ainsi qu’une formation en secourisme.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca