Communiqué de presse

Un rebond à l'atterrissage et des techniques de rattrapage inappropriées à l'origine de l'écrasement fatal d'un Twin Otter à Yellowknife

Gatineau (Québec), le 9 janvier 2013 – Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié aujourd'hui son rapport d'enquête (A11W0144) sur la collision avec un immeuble d'un hydravion DHC-6-300 Twin Otter de de Havilland le 22 septembre 2011 à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest.

Le Twin Otter, avec 2 pilotes à son bord, transportait 7 passagers d'un camp minier à Thor Lake, dans les Territoires du Nord-Ouest, jusqu'à l'hydrobase de Yellowknife. En tentant de se poser par vents variables accompagnés de rafales, l'aéronef a fait un rebond, puis un marsouinage avant d'atterrir brutalement sur le flotteur droit. L'équipage a interrompu l'atterrissage. L'appareil a alors repris de l'altitude en assiette de cabré prononcée, aile droite vers le bas, ce qui l'a amené à faire un virage à droite vers la rive. L'aéronef a alors heurté des lignes électriques et le côté d'un immeuble avant de s'immobiliser dans un stationnement adjacent. Les 2 pilotes ont subi des blessures mortelles; 4 des passagers ont été gravement blessés, tandis que les 3 autres n'ont subi que des blessures mineures. L'appareil a été lourdement endommagé, mais il n'y a pas eu d'incendie.

Les enquêteurs ont conclu que des variations de la vitesse anémométrique et des rafales sont à l'origine du rebond à l'atterrissage. L'équipage a tenté de redresser l'appareil en relevant le nez et en remettant les gaz à pleine puissance avec les volets hypersustentateurs entièrement déployés. Or, le manuel de vol du Twin Otter déconseille de relever le nez de l'appareil au-delà de l'assiette de vol en palier pendant la remise des gaz avec les volets entièrement déployés, car un nez trop relevé peut entraîner une baisse rapide de la vitesse anémométrique et même un décrochage. L'aéronef s'est élevé au-dessus de l'eau en cabré prononcé avec l'aile droite vers le bas. Dans cette configuration, il lui était impossible d'accélérer ou de monter; c'est pourquoi il est entré en collision avec les lignes électriques et un immeuble.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca