Communiqué de presse

Les moyens de protection contre les collisions en vol ont failli lors d'un accident près de Warrenton, en Virginie, en mai 2012

Gatineau (Québec), le 8 août 2013 –Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié son rapport d'enquête (A12H0001) sur la collision en vol entre un Piper PA-28 et un Beechcraft Bonanza, le 28 mai 2012.

« Cet accident a démontré encore une fois que de se fier uniquement à sa capacité de voir et d’éviter ne suffit pas pour prévenir les collisions entre aéronefs volant selon les règles de vol à vue (VFR) » a affirmé Jon Lee, l’enquêteur désigné du BST. « Des moyens additionnels de protection contre les collisions entre aéronefs volant en mode VFR doivent être mis en place. »

Le Piper était immatriculé au nom d'un employé de la Federal Aviation Administration (FAA), et le Beechcraft, au nom d'un employé du National Transportation Safety Board (NTSB). Ces deux personnes étaient aux commandes de leur avion au moment de l'accident. Étant donné les circonstances extraordinaires relatives à la propriété et à l'exploitation des aéronefs, le NTSB a confié l'enquête de cet accident au BST, conformément à la convention internationale.

Le Beechcraft effectuait une montée sous un angle peu prononcé en direction sud, et le pilote naviguait en mode VFR dans le cadre d'une révision en vol bisannuelle. Le Piper naviguait en vol en palier en direction sud-est, également en mode VFR. Les aéronefs sont entrés en collision à une altitude d'environ 1800 pieds au-dessus du niveau de la mer tout juste après 16 h (heure avancée de l’Est) près de Warrenton, en Virginie. Le Beechcraft s'est disloqué en vol, et le pilote et l'instructeur ont été mortellement blessés. Le pilote du Piper, seul occupant à bord, a effectué un atterrissage forcé dans un pâturage situé environ 6 milles marins au sud de l'aéroport Warrenton-Fauquier (KHWY) et a subi des blessures.

Le Bureau demeure préoccupé à l’égard du fait que les moyens disponibles pour prévenir les collisions en vol entre aéronefs VFR dans les espaces aériens très fréquentés ont encore une fois échoué. Avec l’augmentation de la circulation de vols VFR, d’autres mesures de protection doivent être envisagées afin de réduire le risque de collision en vol. Elles pourraient comprendre ce qui suit : changements apportés à la classification des espaces aériens, intervention accrue des services de contrôle de la circulation aérienne (ATC), et dotation de technologies au sol et à bord des aéronefs.

Il se peut que toute amélioration notable dans la capacité de voir et d'éviter d'autres aéronefs VRF exige des technologies embarquées capables d'alerter directement les pilotes de la proximité d'aéronefs en conflit. Il existe plusieurs systèmes d'alerte embarqués viables et économiques, et d'autres sont en voie de conception. Si un de ces aéronefs ou les deux avaient étés munis d'une forme quelconque de cette technologie, le risque de collision aurait été moindre. Cet enjeu a fait l'objet d'un rapport d'événement d'aviation antérieur (A06O0206) du BST. Le rapport a conclu qu'il existe un risque élevé de collision en vol dans les espaces aériens très fréquentés où les pilotes ne sont pas avisés de la présence d'autres aéronefs et se fient uniquement au principe voir et éviter.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca