Communiqué de presse

Un enjeu de la Liste de surveillance cernée dans l'accident de mai 2012 mettant en cause un hydravion près de Peachland (Colombie-Britannique)

Richmond (Colombie-Britannique), le 9 août 2013 – Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié aujourd’hui son rapport d’enquête rapport d'enquête (A12P0070)sur un accident mettant en cause un aéronef de Havilland DHC-2 (Beaver) qui a percuté des arbres avant d’entrer en collision avec le relief près de la route de liaison 97C de la vallée de l’Okanagan (Colombie-Britannique) en mai 2012.

Le 13 mai 2012, l’hydravion amphibie privé de Havilland quitte l’aéroport de Pitt Meadows sur roues à destination du lac Okanagan (Colombie-Britannique) avec 1 pilote et 3 passagers à son bord. Après une escale de 20 minutes sur le lac Okanagan pour déposer 1 passager, l’aéronef quitte le lac en direction de Peachland. Alors qu’il est en route, l’aéronef percute des arbres et entre en collision avec le relief près de la route 97C. La majeure partie de l’aéronef est détruite par l’incendie, qui s’est déclaré après l’impact. Les 3 occupants perdent la vie dans l’accident.

L’enquête n’a relevé aucun élément indiquant que l’événement ait pu être causé par une défaillance d’un système de l’aéronef, aucun changement important de la trajectoire de vol de l’aéronef, ni aucun appel d’urgence de la part du pilote pour signaler une situation de crise en vol. La vitesse sol constante et la trajectoire de vol donnent également à croire que le pilote avait la maîtrise de l’aéronef. La visibilité vers l’avant était probablement réduite puisque l’aéronef volait en direction du soleil; le pilote a donc probablement suivi la route en regardant par la fenêtre gauche. Lorsque le pilote a viré vers le nord, sa vision était vraisemblablement réduite sous l’effet de l’éblouissement. Les cimes des arbres étaient dans l’ombre et de ce fait n’étaient probablement pas visibles jusqu’au moment où l’aéronef les a percutées.

Transports Canada prépare de l’information améliorée pour réduire le risque de collisions avec le relief dans cette région montagneuse. Cette initiative comprend l’établissement d’une nouvelle route privilégiée et l’ajout de mises en garde sur les cartes aéronautiques.

En juin 2012, le BST a publié sa Liste de surveillance, qui comprend les enjeux de sécurité sur lesquels il a enquêté et qui posent les plus grands risques aux Canadiens et aux Canadiennes. Une collision avec le sol ou l’eause produit lorsqu’un aéronef en état de navigabilité, et dont le pilote a la maîtrise, heurte le sol, l’eau ou un obstacle par inadvertance. Dans de tels cas, les pilotes n’ont pas conscience du danger avant qu’il ne soit trop tard. Ce type d’accident survient souvent dans des conditions de visibilité réduite, de nuit ou dans de mauvaises conditions météorologiques. Ces conditions réduisent la conscience qu’a le pilote du milieu environnant et il devient difficile d’estimer la proximité du sol. Le risque est encore plus grand pour les petits aéronefs, lesquels voyagent davantage dans des régions isolées, sauvages ou montagneuses. Ces petits aéronefs ne sont pas tenus d’être dotés du même dispositif avertisseur de proximité du sol que les grands aéronefs de ligne.

Les impacts avec le sol et l’eau sont des questions de sécurité qui figurent sur la Liste de surveillance du BST. Regardez la vidéo du BST!


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca