Communiqué de presse

Déçu de la réponse à sa recommandation, le BST presse Transports Canada de faire plus pour améliorer la sécurité du transport en hydravion à flotteurs

Gatineau (Québec), le 13 mars 2014 – Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a rendu publique aujourd'hui son évaluation de la réponse, jugée inégale, de Transports Canada à deux de ses recommandations formulées par suite de l'enquête sur l'écrasement mortel d'un hydravion de Havilland DHC-2 Beaver au lac Lillabelle (Ontario) en mai 2012.

Dans son rapport d’enquête sur l’accident du lac Lillabelle (A12O0071), le BST a fait deux recommandations complémentaires à des recommandations précédentes visant à rendre les hydravions à flotteurs plus sûrs (A11-05 et A11-06), demeurées pendantes. Le Bureau recommandait premièrement (recommandation A13-02) une formation obligatoire sur l’évacuation en cas d’urgence à l’intention des pilotes d’hydravions commerciaux à flotteurs. Transports Canada (TC) a fait savoir qu’il proposerait une nouvelle réglementation exigeant cette formation; le Bureau estime donc que cette réponse dénote une intention satisfaisante.

« Nous jugeons encourageant le fait que TC obligera les pilotes d’hydravions commerciaux à suivre une formation sur l’évacuation d’urgence, » a déclaré Wendy Tadros, présidente du BST. « Les pilotes qui ont reçu cette formation ont de meilleures chances d’évacuer un avion submergé – ainsi qu’une meilleure chance d’aider leurs passagers à en faire autant. »

Le Bureau recommandait aussi (recommandation A13-03) que tous les petits hydravions commerciaux soient munis de ceintures-baudriers. Dans sa réponse, TC a dit que l’installation des ceintures-baudriers dans tous les hydravions est impossible, mais a promis de poursuivre ses efforts de promotion de la formation sur la sécurité. TC n’a pas fourni de renseignements objectifs démontrant l’impossibilité d’installer des ceintures-baudriers aux sièges arrière. Le ministère n’a pas établi, non plus, que leur installation ne diminuerait pas le risque de façon appréciable. Le Bureau juge cette réponse non satisfaisante, puisque la mesure proposée n’aura pas d’effet appréciable sur la lacune de sécurité.

« Le Bureau est déçu de l’inaction de TC sur la question des ceintures-baudriers, » a ajouté Mme Tadros. « Leur utilité est démontrée, et nous savons qu’elles font maintenant partie de l’équipement de série de bon nombre d’hydravions, y compris des modèles Cessna et DHC-2 utilisés communément. Les rendre obligatoires pour tous les hydravions ne pourrait que sauver encore plus de vies. »

Le Bureau utilise un guide des critères d’évaluation (qui inclut les désignations de l’état des recommandations) pour évaluer les réponses et leur efficacité globale. Les progrès effectués en vue de répondre aux recommandations du Bureau sont évalués sur une base récurrente.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca