Communiqué de presse

L'ingestion de glace molle par le moteur d'un hélicoptère de la GRC a entraîné son écrasement mortel près de Cultus Lake, en Colombie-Britannique en janvier 2012

Gatineau (Québec), le 28 mai 2014 – Dans son rapport d'enquête (A12P0008) publié aujourd'hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a déterminé que l’ingestion de glace molle par le moteur d’un hélicoptère de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a entraîné une perte totale de sa puissance et son écrasement après le décollage, près de Cultus Lake, en Colombie-Britannique. Le pilote a subi des blessures mortelles.

Le 17 janvier 2012, l’hélicoptère de la GRC, un Eurocopter AS 350 B3 qui prenait part à un vol d’entraînement, s’est posé près de Cultus Lake, en Colombie-Britannique; par la suite, il a commencé à neiger abondamment. L’hélicoptère a décollé après l’averse de neige, mais peu après le décollage, on a entendu un bruit sourd et le son de décélération rapide du moteur et du régime du rotor. L’hélicoptère est descendu presque à la verticale, heurtant le relief en piqué et incliné vers la droite.

L’enquête a déterminé que l’on n’avait pas posé les bâches moteur de protection pendant que l’hélicoptère était au sol durant la forte averse de neige, et que l’on n’avait ni nettoyé ni séché le circuit d’entrée d’air avant de démarrer le moteur. Après le démarrage du moteur et pendant que celui-ci tournait à bas régime, de la glace molle s’est accumulée à l’intérieur de l’entrée d’air; durant le décollage à haute puissance, cette glace s’est détachée et a été aspirée dans le compresseur du moteur, ce qui a entraîné sa perte totale de puissance. Cette situation a mené à une chute rapide du régime du rotor principal et à une vitesse verticale de descente extrêmement élevée; l’impact avec le sol qui a suivi n’offrait aucune chance de survie.

Depuis cet accident, Eurocopter, la GRC et Transports Canada (TC) ont rappelé aux pilotes qu’il est impératif de nettoyer le circuit d’entrée d’air avant de décoller. Toutefois, l’enquête a également conclu qu’il n’est pas toujours facile de mettre en pratique toutes les mesures préventives recommandées durant les opérations sur le terrain, et cela présente un risque. Étant donné ce risque, TC a décidé d’examiner la conception de l’entrée d’air de ces hélicoptères.

Entre-temps, plus de 500 hélicoptères Eurocopter AS 350 et EC 130 sont en service auprès de 132 exploitants au Canada. L’enquête a découvert que ces hélicoptères sont sensibles à la formation de glace lorsqu’on les exploite par temps froid, et le Bureau est préoccupé du fait que dans certaines conditions, ces hélicoptères sont exposés à un plus grand risque d’extinction du moteur peu de temps après le décollage.

Porte-parole :

Anglais : Mark Clitsome
Français : Yanick Sarazin


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca