Communiqué de presse

La surcharge, cause première de l’accident du bombardier à eau au lac Moosehead (Terre-Neuve-et-Labrador)

Halifax (Nouvelle-Écosse), le 28 août 2014 – Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié aujourd’hui son rapport (A13A0075) sur la perte de maîtrise et la collision avec un plan d’eau du bombardier à eau de la Division des services aériens du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, participant à des opérations de lutte contre un incendie de forêt. Le rapport indique que l’avion a écopé trop d’eau et qu’il n’a pu reprendre son vol. L’avion s’est immobilisé à l’endroit sur le lac, mais est demeuré partiellement submergé. Aucun des deux membres de l’équipage n’a été blessé, mais l’avion a été détruit.

Le 3 juillet 2013, vers 14 h 15, heure avancée de l'Atlantique, l'avion amphibie Bombardier CL-415, exploité en tant que bombardier à eau numéro 286, a décollé de Wabush (Terre-Neuve-et-Labrador) pour lutter contre un incendie de forêt sévissant dans le secteur. Peu après le départ, le bombardier 286 s'est posé sur le lac Moosehead pour refaire le plein d'eau. Environ 40 secondes plus tard, le commandant a amorcé un virage à gauche et a perdu presque immédiatement la maîtrise de l'avion. L'appareil s'est immobilisé à l'endroit, mais est demeuré partiellement submergé. L'équipage est sorti de l'appareil et est demeuré sur l'aile avant d'être secouru par bateau.

L'enquête sur l'accident mené par le BST a révélé que la vérification de la position du sélecteur de commande PROBES AUTO/MANUAL des écopes était absente de la liste de vérifications, et il est probable que le sélecteur de commande PROBES AUTO/MANUAL des écopes ait été déplacé par inadvertance de la position AUTO à la position MANUAL. Ce sélecteur commande les écopes qui servent à recueillir l'eau d'un lac. Le rapport signale que lorsqu'une liste de vérifications ne contient pas un élément essentiel et que les équipages doivent se fier à leur mémoire, cette vérification risque de ne pas être effectuée, et la sécurité du vol peut être compromise.

L'enquête a également révélé que l'équipage se livrait à d'autres activités de vol pendant la manœuvre d'écopage et n'a remarqué que la quantité d'eau avait dépassé la limite préétablie que lorsque les réservoirs étaient remplis. L'équipage a décidé de poursuivre le décollage malgré la surcharge de l'avion.

Des mesures de sécurité ont été prises par la Division des services aériens du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador. Des modifications ont été apportées au stockage et à la fixation du matériel de sécurité et un téléphone satellite portable a été installé dans les avions. Les pilotes de bombardiers à eau et tous les membres du personnel de maintenance devront suivre une nouvelle formation, et davantage de formation au pilotage sera dispensée. Finalement, la liste de vérifications a été modifiée pour y inclure une vérification du sélecteur de commande PROBES AUTO/MANUAL des écopes.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca