Communiqué de presse

Plusieurs facteurs ont contribué à un risque de collision à l'atterrissage d'un aéronef à l'aéroport Toronto Pearson en mars 2013

Toronto (Ontario), le 30 juillet 2014 – Dans son rapport d'enquête (A13O0045) publié aujourd'hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a déterminé que plusieurs facteurs ont concouru à l'incursion d'un véhicule de maintenance laissé sans surveillance sur une piste en service, au moment où un aéronef allait y atterrir, à l'aéroport international Toronto Pearson, le 11 mars 2013. Il n'y a pas eu de blessés.

Un technicien d’entretien d’aéronef de Sunwing Airlines occupait un véhicule garé près du nez d’un aéronef de la société aérienne. Il est descendu du véhicule pour effectuer diverses tâches à l’extérieur de l’aéronef, avant de monter à bord de celui-ci pour en vérifier le poste de pilotage. Entre-temps, le véhicule s’est mis à rouler et a traversé la piste d’arrivée en service au moment où un aéronef approchait pour y atterrir. Lorsque le véhicule sans conducteur a traversé la piste, le contrôle de la circulation aérienne a remarqué une cible au radar de surveillance au sol et a donné à l’Embraer 190 d’Air Canada l’instruction de remonter et de faire un circuit (remise des gaz). Malgré deux appels demandant à l’aéronef de remettre les gaz, le vol Air Canada a poursuivi son approche et a survolé le véhicule à une altitude d’environs 35 pieds avant d’atterrir.

L’enquête a conclu que le véhicule avait traversé la piste d’arrivée en service parce qu’il avait été laissé sans surveillance avec le moteur allumé et la transmission embrayée en marche avant. La première instruction du contrôle de la circulation aérienne demandant à l’équipage de conduite de l’Embraer de faire une remise des gaz avait été noyée par le son du dispositif avertisseur de proximité du sol dans le poste de pilotage, et l’équipage de conduite ne l’a donc pas entendue. La deuxième fois, l’équipage de conduite n’a pas fait attention à l’instruction, car elle était tronquée, et l’équipage n’a pas entendu l’indicatif d’appel d’aéronef. Sans indices visuels corroborants, l’équipage n’a pas interprété la seconde instruction comme lui étant destinée.

Après l’événement, l’Autorité aéroportuaire du Grand Toronto (GTAA) a publié des directives pour rappeler à la communauté d’aviation de l’aéroport Toronto Pearson qu’il est interdit de laisser les véhicules tourner au ralenti et immobilisés de façon non sécuritaire côté piste. La GTAA a également publié et diffusé de l’information sur les exigences en matière de luminosité des balises de véhicules; elle a fait des vérifications ponctuelles pour inspecter les balises et exigé que celles qui étaient défectueuses ou inadéquates soient réparées ou remplacées. Sunwing Airlines a informé Transports Canada qu’elle avait inspecté tous ses véhicules côté piste pour s’assurer que leurs balises se conforment aux normes de luminosité spécifiées.

Les risques de collisions sur les pistes figurent sur la Liste de surveillance du BST. Regardez la vidéo!


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca