Communiqué

La communication inefficace et le manque de travail d'équipe contribuent à un accident de navire survenu en novembre 2011

Gatineau (Québec), le 9 avril 2013 — Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié son rapport d'enquête (M11N0047) sur un incident, survenu en novembre 2011, au cours duquel le navire d'approvisionnement Maersk Detector a heurté l'unité mobile de forage en mer GSF Grand Banks dans le champ pétrolifère de White Rose, au large des Grands Bancs de Terre-Neuve. La communication inefficace entre les officiers de pont du navire, ainsi qu'entre le personnel du navire et celui de l'unité de forage, a fait en sorte que le chargement de la cargaison s'est poursuivi sans que le personnel clé se rende compte du risque élevé de heurt.

L'après-midi du 24 novembre 2011, le navire Maersk Detector chargeait une cargaison à partir de l'unité de forage. Au même moment, les conditions météorologiques se sont détériorées, entraînant l'amplification de houles en provenance du sud. Au cours du chargement, le navire a maintenu sa position par rapport à l'unité de forage au moyen d'un système de commande électronique, le positionnement dynamique. À 15 h 30, heure normale de Terre-Neuve, la poupe côté bâbord du Maersk Detector a heurté une colonne du GSF Grand Banks, perforant ainsi le navire et l'unité de forage. Il n'y a eu aucune victime ni pollution.

L'enquête a révélé que les renseignements relatifs aux conditions météorologiques n'ont pas été transmis de façon proactive aux officiers de pont. Par conséquent, ces derniers n'étaient pas conscients que les limites des conditions météorologiques étaient atteintes. De plus, les officiers de pont n'ont pas travaillé en équipe et ne se sont pas servis adéquatement des données électroniques disponibles pour maintenir la distance de sécurité. Le capitaine s'est fié également à son évaluation visuelle de la distance et de la position au lieu des avertissements et des alarmes qui ont été émis par le système de positionnement dynamique, indiquant que le navire ne maintenait pas bien sa position. Le Bureau a également conclu que, sans une formation adéquate sur la gestion des ressources à la passerelle et un programme de maintien des compétences, il existe un risque accru pour le navire, son équipage et l'environnement.

L'exploitant du navire, Maersk Supply Services Canada Ltd., et Husky Oil Ltd., l'exploitant du champ pétrolifère, ont apporté d'importants changements à leurs procédures d'exploitation afin de réduire le risque qu'un incident semblable se reproduise. Transports Canada a aussi proposé d'apporter des modifications au Règlement sur le personnel maritime concernant la formation sur la gestion des ressources à la passerelle.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca