Communiqué de presse

Les barrières linguistiques et le fait de ne pas avoir utilisé les ressources de navigation disponibles ont contribué à l’accident d’un remorqueur dans le port de Montréal (Québec) en 2013

Québec (Québec), le 9 octobre 2014 — Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié aujourd'hui son rapport d'enquête (M13L0123) sur la collision entre le vraquier Heloise et le remorqueur Ocean Georgie Bain dans le port de Montréal, au Québec. L'enquête a déterminé que les barrières linguistiques à bord du Heloise et le fait de ne pas avoir utilisé les ressources de navigation disponibles à bord des deux navires ont contribué à l'abordage.

Le 3 août 2013, le Heloise est entré dans le chenal principal du fleuve Saint-Laurent où il a rencontré deux navires qui remontaient et de nombreuses embarcations de plaisance. À peu près au même moment, l'Ocean Georgie Bain, qui avait quitté sa base pour aider un autre navire à accoster, entrait lui aussi dans le chenal principal. Le pilote du Heloise a modifié son cap en raison de la présence d'une embarcation de plaisance. Une fois celle-ci évitée, le pilote du Heloise a maintenu le cap sur l'Ocean Georgie Bain et les deux navires se sont heurtés. Le pilote du Heloise ne surveillait pas l'Ocean Georgie Bain au moment de l'abordage, et l'équip e à la passerelle du Heloise ne collaborait pas avec le pilote en assurant la vigie ou en utilisant l'équipement de navigation afin de lui fournir des données pertinentes sur le trafic. L'Ocean Georgie Bain a subi des avaries considérables, tandis que le Heloise n'a eu que des égratignures sur la coque.

L'enquête a découvert plusieurs facteurs de risque, notamment le fait que les barrières linguistiques nuisant à la communication peuvent entraver les activités à la timonerie. Il se peut en outre que des navires très proches ne soient pas détectés et qu'un abordage se produise si les ressources servant à assurer la sécurité de la navigation, comme les radars et les systèmes électroniques de visualisation des cartes, ne sont pas utilisées. L'enquête a également conclu que les entreprises et les capitaines doivent comprendre et respecter toutes les exigences relatives aux effectifs de sécurité pour qu'un navire ait un équipage approprié.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca