Communiqué de presse

Une surcharge et les mauvaises conditions climatiques ont contribué à l'accident mortel survenu en 2013 à bord d'un remorqueur au large de Burgeo (Terre-Neuve-et-Labrador)

Dartmouth (Nouvelle-Écosse), le 22 juillet 2014 —  Le Bureau de la sécurité des transports du Canada a publié aujourd’hui son rapport d’enquête (M13N0014) sur le chavirement d’un convoi et la mort accidentelle survenue à bord du remorqueur Western Tugger, alors qu’il tirait le chaland Arctic Lift I, à 33 milles marins au sud-est de Burgeo (Terre-Neuve-et-Labrador). Le rapport indique que la hauteur minimale depuis la ligne de flottaison (franc-bord), les mauvaises conditions climatiques et la défaillance du mécanisme de libération de remorquage ont contribué à cet accident. En effet, un membre de l’équipage du remorqueur Western Tugger a été tué alors qu’il essayait de laisser filer le câble de remorquage du chaland.

Le 10 mai, alors qu’il était tiré par le remorqueur Western Tugger, le chaland Arctic Lift I a peu à peu pris beaucoup de gîte. Cette gîte pourrait avoir été provoquée par plusieurs facteurs : l’accumulation d’eau sur le pont, l’infiltration d’eau par des écoutilles qui n’étaient pas fermées hermétiquement ou par des dégâts potentiellement subis par le chaland lors du remorquage, ou le déplacement d’une charge qui aurait été mal amarrée, affectant la stabilité du chaland. Par précaution, le capitaine souhaitait pouvoir détacher le chaland au cas où celui-ci viendrait à couler. Cependant, même si le navire était doté d’un mécanisme de libération de remorquage, celui-ci n’était pas fonctionnel en raison de la présence d’un frein de secours qui avait été ajouté au treuil de remorquage, en plus du frein principal. Le capitaine a alors demandé à un matelot de pont de se rendre dans la chambre des treuils pour relâcher le frein de secours. Quelques instants plus tard, l’avant du chaland a pointé hors de l’eau et le bâtiment a chaviré. La contrainte imposée au tambour du frein de secours l’a fait voler en éclats, et des débris sont venus heurter et mortellement blesser le matelot de pont.

L’enquête a révélé plusieurs problèmes de sécurité durant le remorquage : un mécanisme de libération de remorquage qui n’a pu être utilisé immédiatement, des écoutilles qui n’étaient pas suffisamment étanches, un franc-bord minimal et une charge qui était mal amarrée. L’enquête a également permis de découvrir que bien qu’un système de gestion de la sécurité était en développement, celui-ci n’avait pas été mis en œuvre avant l’incident.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca