Communiqué de presse

Des problèmes de maintenance et des procédures d'urgence inadéquates ont mené à l'échouement du Princess of Acadia à Digby (Nouvelle-Écosse) en novembre 2013

Dartmouth (Nouvelle-Écosse), le 29 janvier 2015 —  Dans son rapport rapport d'enquête (M13M0287) publié aujourd'hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) conclut que des problèmes de maintenance et l'absence de procédures d'urgence appropriées ont mené à une panne d'alimentation électrique du traversier à passagers et véhicules Princess of Acadia et à son échouement le 7 novembre 2013 à Digby (Nouvelle-Écosse). Il n'y a eu ni blessures, ni pollution.

Le Princess of Acadia approchait de la gare maritime de Digby (Nouvelle-Écosse) avec à son bord 87 passagers et membres d’équipage. Lorsque le propulseur d’étrave a été mis en marche en préparation pour l’amarrage, la génératrice principale est tombée en panne, causant une perte d’alimentation électrique et désactivant les pompes de commande de pas d’hélice principales. Une fois ces pompes arrêtées, la poussée de l'hélice a pris par défaut la marche arrière toute, pendant que les machines étaient toujours en marche, de sorte que le navire a ralenti, s'est immobilisé, puis s'est mis à faire marche arrière en direction du rivage, qui était tout près, jusqu'à ce qu'il s'échoue.

L’enquête a révélé qu’un composant de génératrice détérioré avait causé la panne des deux génératrices principales et la perte totale de l’alimentation des tableaux de distribution électrique principaux, entre autres. Elle a également fait ressortir que ni l’équipe de la passerelle ni celle de la salle des machines ne disposaient de procédures efficaces leur permettant d’intervenir à la suite d’une panne totale de courant au tableau de distribution principal. Par conséquent, le capitaine n’a pas été informé que le personnel de la salle des machines avait de la difficulté à rétablir l’alimentation, et ce personnel n’était pas conscient de l’urgence de la situation. Cela a nui à l’efficacité de l’intervention d’urgence. Un système de gestion de la sécurité (SGS) avait été mis en place volontairement sur le navire, mais il ne contenait aucune directive à l’intention du capitaine sur l’identification proactive des risques ou sur les enquêtes à mener en situation comportant des risques.

De plus, la description des tâches relatives aux passagers dans le plan d’évacuation écrit laissait à désirer; la supervision par Transports Canada pour vérifier la conformité à la réglementation sur la sécurité des passagers en cas d’urgence présentait elle aussi des faiblesses. Dans de telles conditions, ces procédures risquent de ne pas donner les résultats escomptés. D’autres enquêtes sur des événements maritimes menées antérieurement (M12C0058 et M13L0067) avaient découvert des lacunes dans la supervision de l’application des règlements sur la sécurité des passagers.

Après cet événement, l’exploitant du navire, Bay Ferries Ltd., a instauré des procédures d’exploitation améliorées pour la préparation à l’arrivée à Digby. Il a aussi installé un enregistreur de données de voyage simplifié, qui enregistre les conversations sur la passerelle et les données de l’équipement de navigation et des autres capteurs disponibles. Lloyd’s Register, la société de classification du navire, a augmenté la fréquence des vérifications de disjoncteurs des génératrices.

La gestion de la sécurité et la supervision est l’un des enjeux inscrits sur la Liste de surveillance du BST. Le BST demande à Transports Canada de mettre en œuvre des règlements obligeant tous les exploitants des secteurs du transport aérien et maritime à adopter des processus de gestion de la sécurité officiels et de superviser adéquatement ces processus. Si les entreprises ne peuvent gérer efficacement la sécurité, le ministère doit non seulement intervenir, mais le faire de façon à changer les pratiques d’exploitation jugées non sécuritaires.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca