Communiqués

BST no R03/2010

« Une piètre formation des trains est une affaire risquée », le BST avertit de nouveau

Gatineau, Québec, le 27 octobre 2010 - Faisant référence à sa liste de surveillance, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a de nouveau lancé aujourd'hui un avertissement en ce qui a trait aux risques posés pour les collectivités du Canada par l'exploitation " non sécuritaire " de trains longs et lourds.

Le BST attribue à cette nouvelle tendance pour ce qui est de la formation des convois de ces trains plus de dix déraillements, y compris le déraillement de 2009 du train de marchandises du CN près de Brighton en Ontario.

Selon Rob Johnston, directeur intérimaire des enquêtes ferroviaires, la façon dont ce train a été formé a créé des puissantes forces internes un peu comme celles d'un accordéon. Les forces de traction écartaient les wagons et les forces de poussée les compressaient les uns contre les autres. Il a ajouté que cela a causé le bris du joint d'attelage reliant les deux wagons et la séparation du train. Le rapport a ainsi relevé que l'extrémité plus lourde du train est entrée en collision avec les wagons plus légers qui se trouvaient à l'avant entraînant le déraillement.

« La formation des trains » est l'ordre dans lequel les wagons sont assemblés pour constituer un train. Plus le train est long, plus l'ordre des wagons lourds et légers devient important pour ce qui est de la gestion des forces internes. Le risque de déraillement croît lorsque les wagons vides sont placés à l'avant des wagons lourds ou entre ces derniers.

Avant 1990, la longueur moyenne des trains que l'on retrouvait sur les voies principales du Canada était de 5 000 pieds et leur poids était de 6 000 à 7 000 tonnes. De nos jours, il n'est pas rare de voir des trains de 12 000 pieds pouvant peser jusqu'à 18 000 tonnes.

M. Johnston a également mis l'accent sur le fait que plus les trains sont longs et lourds, plus les risques de déraillement augmentent. C'est la raison pour laquelle, en mars dernier, le BST a annoté ce problème dans sa liste de surveillance. Le Bureau a aussi grandement insisté sur l'importance de faire de la répartition du poids des trains une priorité.

Toujours selon M. Johnston, même si les avertissements du BST ont donné lieu à quelques progrès, il reste beaucoup à faire pour que les trains longs et lourds soient exploités de manière sécuritaire en tout temps. Ce qu'il faut retenir, c'est que le CN doit gérer ces risques à l'ensemble du système et que Transports Canada doit s'assurer qu'une stratégie efficace à long terme est mise en place pour les chemins de fer du Canada.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca