Déraillement du train 92 de VIA Rail Canada

Mise à jour sur l’enquête, et demande renouvelée en matière d’enregistreurs de conversations à bord des trains au Canada

Toronto (Ontario) le 1er mars 2012 — L’équipe du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST), dirigée par l’enquêteur désigné Tom Griffith, poursuit son enquête sur l’accident de VIA Rail survenu le 26 février 2012 à Burlington (Ontario).

L’enquête de l’équipe du BST en est à l’étape du travail sur le terrain. L’équipe a obtenu certains renseignements clés. Malheureusement, l’absence d’enregistrements de conversations ou de vidéos de bord complique cette enquête.

« Au Canada, les aéronefs et les navires sont munis d’enregistreurs de conversations, mais pas les trains », a déclaré Wendy Tadros, présidente du BST. « Dès 2003, le Bureau a publié une recommandation demandant que des enregistreurs de conversations soient installés à bord des locomotives. Compte tenu de ce récent accident, je demande instamment à Transports Canada et à l’industrie ferroviaire d’agir immédiatement pour régler cette importante question de sécurité. »

En 2003, dans le cadre du rapport d’enquête R99T0017, le Bureau a recommandé que :

Le ministère des Transports, en collaboration avec l’industrie ferroviaire, établisse des normes nationales exhaustives en matière des enregistreurs de données de locomotive qui comprennent un dispositif d’enregistrement des conversations de cabine combiné aux systèmes de communication de bord.

« Les enregistrements de conversations permettent aux enquêteurs de comprendre l’environnement de travail de l’équipe et les décisions qui ont été prises peu avant l’accident », a ajouté Mme Tadros. « Sans cette information, lorsqu’il mène des enquêtes ferroviaires, le BST est privé d’un outil primordial dont il a besoin pour aider à améliorer la sécurité des Canadiens et Canadiennes. »

Ce que nous savons jusqu’à maintenant

Le 26 février à 15 h 30, heure normale de l’Est, le train de voyageurs 92 de VIA Rail, parti vers l’est de Niagara Falls et se dirigeant vers Toronto dans la subdivision Oakville du CN, s’est engagé dans la liaison à Burlington. La locomotive et les 5 voitures ont déraillé. La locomotive a heurté un bâtiment après avoir déraillé et a été complètement détruite. Un grand nombre de voyageurs ont subi des blessures et, tragiquement, les 3 membres de l’équipe qui se trouvaient dans la cabine de locomotive ont été mortellement blessés.

L’équipe d’enquête du BST a maintenant commencé à examiner les données du consignateur d’événements de locomotive (la « boîte noire »). On peut maintenant confirmer que le train s’est engagé dans la liaison entre la voie 2 et la voie 3 à une vitesse d’environ 67 mi/h. La vitesse maximale autorisée à cette liaison est de 15 mi/h.

Prochaines étapes

Une fois le travail sur le terrain terminé, les enquêteurs commenceront une analyse approfondie des renseignements recueillis. L’équipe tentera de déterminer pourquoi le train s’est engagé dans la liaison à plus de quatre fois la vitesse permise dans ce secteur. L’équipe mènera des entrevues avec des témoins et examinera également les facteurs suivants : communications avec le centre de contrôle ferroviaire, conception et fonction de l’aiguillage, fonctionnement du système de signalisation et résistance aux chocs de la cabine de locomotive pour la sécurité de l’équipe afin de relever tout problème technique et de comprendre si l’un de ces facteurs a pu influencer le rendement de l’équipe.

Lorsque nous décèlerons des lacunes de sécurité, nous les communiquerons à l’organisme de réglementation et à l’industrie. Les faits établis quant aux causes, aux facteurs contributifs et aux risques, en plus des renseignements factuels et de l’analyse, seront publiés dans le rapport final d’enquête.



Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca