Communiqué de presse

Un éboulis de pierres qui bloquait la voie et des repères visuels limités ont mené au déraillement du train en novembre 2014 près de Tellier (Québec)

Dorval (Québec), le 30 mars 2016 — Dans son rapport d’enquête (R14Q0045) publié aujourd’hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a déterminé que le déraillement du train de minerai exploité par le Chemin de fer QNS&L (QNSL) survenu près de Tellier (Québec), en novembre 2014, s’est produit quand le train est entré en collision avec un éboulis de pierres qui bloquait la voie ferrée.

Le 6 novembre 2014, vers 5 h 40 heure normale de l'Est, le train du QNSL, qui comptait trois locomotives et 240 wagons de minerai vides, roulait vers le nord quand il a heurté un éboulis de pierres. La collision a fait dérailler les deux locomotives de tête et les neuf premiers wagons. La locomotive de tête a dévalé la pente et s'est immobilisée au fond de la rivière Moisie, complètement immergée. Le mécanicien de locomotive a été mortellement blessé. Environ 1000 litres de carburant diesel se sont échappés de la locomotive. La voie ferrée a été détruite sur une longueur d'environ 100 pieds.

L'enquête a permis de déterminer que le déraillement n'a pu être prévenu parce qu'aucune alarme ou indication préalable n'a averti le mécanicien de locomotive qu'un obstacle barrait la voie ferrée. De plus, comme il faisait encore très sombre et que le train sortait d'une courbe, la distance de perception visuelle à l'aide des phares de la locomotive n'a pas permis au mécanicien de locomotive de serrer les freins d'urgence à temps afin d'éviter la collision.

À la suite de l'accident, QNSL a mis en œuvre plusieurs mesures concernant spécifiquement la gestion des géorisques et visant à améliorer la sécurité de l'exploitation ferroviaire, notamment : faire effectuer une inspection des parois rocheuses par un expert géotechnicien; mettre en place une base de données afin de compiler les informations relatives aux géorisques ainsi que les observations des employés; élaborer des directives concernant des réductions de vitesse durant les périodes de gel ou de dégel; et faire effectuer des audits de ses programmes par un consultant indépendant.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca