Documents d'information

INCIDENT D'AIR FRANCE À TORONTO (ONTARIO) (A05H0002) - RECOMMANDATIONS

Le 2 août 2005, l'Airbus A340-313 d'Air France a quitté Paris en France à 11 h 53, temps universel coordonné (UTC), à destination de Toronto (Ontario) pour assurer le vol 358 d'Air France. À bord se trouvaient 297 passagers et 12 membres d'équipage. Avant de partir, l'équipage a obtenu les prévisions météo à l'arrivée qui faisaient état d'un risque d'orages.

En approche sur Toronto, l'équipage de conduite a été avisé de retards dus au mauvais temps. Lors de l'arrondi, l'avion a traversé une zone de forte pluie, et le contact visuel avec la piste a été fortement réduit. Il y a eu de nombreux éclairs, notamment en bout de piste. L'avion a touché des roues à quelque 3800 pieds au-delà du seuil de piste et n'a pu faire un arrêt complet sur la piste de 9000 pieds. L'avion a fini sa course dans un ravin et tous les passagers et membres d'équipage ont réussi à évacuer l'appareil avant que le feu ne le détruise. Deux membres d'équipage et 10 passagers ont été grièvement blessés lors de l'accident et de l'évacuation.

À la suite de son enquête, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a formulé sept recommandations relativement aux normes et à la formation ayant trait aux atterrissages dans des conditions météo qui se dégradent, à l'aménagement d'une aire de sécurité ou d'un autre moyen d'immobilisation sur toutes les pistes de Code 4* et à la modification des exposés de sécurité donnés aux passagers afin d'y inclure des instructions claires enjoignant aux passagers de ne pas emporter leurs bagages à main lors d'une évacuation.

Rrecommandations du Bureau

Le ministère des Transports établisse des normes claires limitant les approches et les atterrissages dans du temps convectif pour tous les exploitants du transport aérien utilisant les aéroports canadiens.

(A07-01)

La Direction Générale de l'Aviation Civile française et d'autres autorités de l'aviation civile établissent des normes claires limitant les approches et les atterrissages dans du temps convectif.

(A07-02)

Le ministère des Transports oblige tous les pilotes de transport aérien au Canada à suivre une formation leur permettant d'être mieux préparés à prendre la décision d'atterrir dans des conditions météo qui se dégradent.

(A07-03)

La Direction Générale de l'Aviation Civile française et d'autres autorités de l'aviation civile obligent les pilotes de transport aérien à suivre une formation leur permettant d'être mieux préparés à prendre la décision d'atterrir dans des conditions météo qui se dégradent.

(A07-04)

Le ministère des Transports et d'autres autorités de l'aviation civile obligent les équipages à établir une marge d'erreur entre la distance d'atterrissage nécessaire et la distance d'atterrissage disponible avant d'effectuer une approche dans des conditions météo qui se dégradent.

(A07-05)

Le ministère des Transports exige que toutes les pistes de code 4 soient pourvues d'une aire de sécurité d'extrémité de piste (RESA) de 300 m ou d'un autre moyen d'immobilisation des aéronefs offrant un niveau de sécurité équivalent.

(A07-06)

Le ministère des Transports exige que les exposés de sécurité donnés aux passagers contiennent des instructions claires enjoignant aux passagers de ne pas emporter leurs bagages à main lors d'une évacuation.

(A07-07)

- 30 -

Le rapport final A05H0002, le communiqué et les photos sont aussi disponibles sur ce site. Vous pouvez visualiser une animation du vol sur ce site.


*   Une piste d'atterrissage de Code 4 mesure plus de 2400 mètres.