Rapport d'enquête aéronautique A98H0003

2.11  Anomalies relatives au système ACARS et à l'interruption des communications VHF

On a évalué les anomalies du système d'échange de données techniques avion-sol en temps réel (ACARS) pour déterminer s'il y avait un lien avec la défaillance technique qui avait précédé l'incendie en vol. Le premier indice d'une anomalie dans le système ACARS avait été l'absence d'enregistrement du message de poursuite à environ 0 h 31 min 18 s, plus de 39 minutes avant la détection d'une odeur inhabituelle dans le poste de pilotage (voir la rubrique 1.18.8.2).

Les deux messages de poursuite du système ACARS qui étaient attendus à environ 0 h 31 min 18 s et 0 h 41 min 18 s n'ont pas été enregistrés par les fournisseurs du système ACARS, mais l'information de mise à jour des comptes obtenue des messages subséquents du système ACARS montre que ces deux messages avaient été envoyés par l'avion. L'explication la plus plausible est que le système ACARS s'était raccordé à un autre réseau, comme ce serait le cas si le système initialement utilisé devenait saturé. Il n'y avait pas de données disponibles pour confirmer cette hypothèse.

Le système de communication du MD-11 est redondant, car il y a trois trajets de communications VHF. Il faudrait une panne complète de tout le système pour que la capacité de communication soit perdue. Ce pourrait être le cas s'il y avait défaillance du système audio à commande numérique, mais cette éventualité est peu probable, du fait que le système audio à commande numérique fonctionnait normalement une fois les communications rétablies. Le seul autre cas où il y aurait interruption complète du système de communication serait en cas de défaillance simultanée des neuf poussoirs d'émission, ce qui est considéré comme impossible. Par conséquent, il est très peu probable que l'interruption des communications ait eu lieu à cause d'une défaillance technique.

L'explication la plus plausible de l'interruption de 13 minutes des communications est que les pilotes auraient sélectionné une fréquence incorrecte durant la tentative de changement de fréquence entre 0 h 33 min 12 s et 0 h 33 min 21 s. La séquence de communication jusqu'à ce changement de fréquence a différé des changements de fréquence antérieurs et subséquents car, après la première instruction donnée par les ATS de passer à une fréquence différente en route, seule une communication tronquée inintelligible de courte durée a été entendue de SR 111. Toutefois, lorsque la nouvelle fréquence a été répétée par le contrôleur, SR 111 a immédiatement accusé réception de la façon normale en répétant la fréquence attribuée. Les opérations subséquentes de manipulation sur les radios VHF 1 et VHF 2 qui ont été enregistrées par le FDR durant l'interruption des communications sont conformes aux tentatives faites par les pilotes pour rétablir le contact radio. Comme les calages de fréquence ne sont pas enregistrés par le FDR, on ne sait pas quelle fréquence les pilotes tentaient d'utiliser.

Lorsque les pilotes ont fini par rétablir le contact, c'était sur une fréquence non attribuée, et les pilotes n'ont fait aucune mention d'un problème technique. Il n'y a rien qui fasse état de difficultés subséquentes de communications radio jusqu'à ce que les effets de l'incendie aient commencé à toucher d'autres systèmes de bord, environ 40 minutes plus tard.

La perte du système ACARS sur la radio VHF 3 à 0 h 47 min 6 s peut s'expliquer par le fait que les pilotes avaient fait passer le trajet VHF 3 du mode de communication des données au mode phonique afin d'utiliser cette radio pour les communications. Les données du protocole de transmission des messages du fournisseur du système ACARS indiquent que les pilotes avaient dû régler la radio VHF 3 au mode phonique à 0 h 47 min 6 s, lorsque le système ACARS est passé au mode de transmission par satellite; les pilotes ont alors remis la radio VHF 3 en mode de communication des données à 1 h 4 min 14 s.

L'odeur dans le poste de pilotage de SR 111 a été décelée pour la première fois environ 37 minutes après le début de l'interruption des communications VHF et environ 24 minutes après le rétablissement des communications. Aucun lien n'a pu être établi entre les anomalies du système ACARS, l'interruption de 13 minutes des communications VHF et le déclenchement de l'incendie à bord de l'avion.

Précédent | Suivant