Rapport d'enquête aéronautique A98H0003

Alternateur éolien

  1. Description de l'alternateur éolien
  2. Examen de l'alternateur éolien
    1. Examen de l'éolienne
    2. Examen de l'alternateur sans balais
    3. Examen du montant
  3. Conclusion relative à l'alternateur éolien

Description de l'alternateur éolien (ADG)

L'ADG est une éolienne bipale de 28 pouces de diamètre, mue par l'air dynamique et dont la vitesse de rotation est commandée automatiquement, qui entraîne un alternateur sans balais de 25 kVA, triphasé, de 115 V c.a., 400 Hz. Pour maintenir une tension constante, l'alternateur et l'éolienne tournent à des vitesses de 12 000 tr/min et de 4 839 tr/min, respectivement.

L'alternateur est fixé sur un montant dans le compartiment de conditionnement d'air 3, situé du côté inférieur droit du fuselage, à la droite des trappes de l'atterrisseur avant, à la référence 570.

(Voir la photo « Alternateur éolien dans l'avion ».)

Lorsque l'éolienne est rentrée, ses pales sont alignées dans l'axe de l'avion. L'alternateur est déployé au moyen d'un levier rouge et d'un tringlage situés dans le poste de pilotage, du côté inférieur droit de la console centrale. En position rangée, le levier est muni d'un fil de sécurité. On le tire vers l'arrière puis vers le haut pour déployer l'éolienne. Lorsqu'on tire sur le levier, l'éolienne sort du fuselage dans le courant d'air à l'aide de deux ressorts. L'éolienne se déploie aussi sous l'effet de la pression créée par l'écoulement aérodynamique sur ses pales et sous celui de son propre poids. Une fois déployée, l'éolienne ne peut être rentrée en vol. Pour éviter tout dommage à l'alternateur ou à son compartiment de rangement pendant le déploiement, l'alternateur est muni d'un verrou anti-rotation. Ce verrou empêche l'éolienne de tourner tant que celle-ci ne s'est pas déployée à environ 90 %.

Examen de l'alternateur éolien

L'éolienne a été arrachée de l'avion au moment de l'impact et elle a été récupérée en trois parties principales :

(Voir la photo « Morceaux récupérés ».)

  1. Éolienne
  2. Alternateur sans balais
  3. Montant

Examen de l'éolienne

L'éolienne a été récupérée sans sa casserole et une des deux pales. Selon sa plaque signalétique, elle avait été fabriquée par Kaiser Marquarot (numéro de pièce 226260-501, numéro de série 0037). L'éolienne s'était séparée de la bride de l'alternateur, et cinq de ses six boulons de montage étaient cisaillés. Les filets du boulon qui restait avaient été foirés hors du moyeu. La bride de l'alternateur était figée en place et elle ne pouvait pas tourner à cause des dommages dus à l'impact subis par le carter de l'alternateur. L'éolienne était unie à la bride de l'alternateur; l'orientation de la pale et son embout indiquaient que les pales se trouvaient dans le sens longitudinal, soit la position de rangement. On n'a relevé aucune marque de rotation sur le moyeu de l'éolienne. Il n'y avait aucun dommage au bord d'attaque de la pale, ni de marques ou d'égratignures dans le sens de la corde indiquant que la pale tournait.

(Voir la photo « Bord d'attaque de la pale de l'éolienne ».)

Le bord de fuite de la pale était endommagé du fait que celle-ci avait été enfoncée dans l'alternateur et le montant. L'arrière de la pale présentait des rainures longitudinales qui correspondaient à l'espacement des goujons de la bride fixant l'alternateur au montant.

(Voir la photo « Bord de fuite de la pale de l'éolienne ».)

L'examen de l'embout de pale rompue a révélé que cette dernière s'était rompue en surcharge de flexion.

(Voir la photo « Éolienne - embout de pale ».)

Rien n'indiquait que des forces de torsion avaient agi sur la pale au moment de la séparation.

Le coin du cran du verrou anti-rotation de l'alternateur avait été aplati, indiquant que la plaque de verrouillage y était engagée au moment de l'impact.

(Voir la photo « Plaque de verrouillage anti-rotation - bord du cran aplati ».)

Le moyeu de l'éolienne présentait des marques qui correspondaient aux dommages subis par les pattes moulées situées sur l'alternateur. L'alignement des marques parallèlement aux pattes moulées indiquait que les marques avaient été causées par l'expulsion de l'éolienne de sa position fixe et verrouillée.

Examen de l'alternateur sans balais

L'alternateur sans balais a été récupéré d'un bloc avec une partie de la bride du montant. L'alternateur était identifié par l'étiquette IDN 474746 de Swissair. Le carter de l'alternateur était perforé, et l'induit était coincé en place sans pouvoir tourner librement.

Les câbles d'alimentation électrique de l'alternateur ont été retrouvés emprisonnés à l'intérieur du montant. Les câbles étaient cisaillés aux deux extrémités. On a vérifié si les extrémités des câbles présentaient des signes d'amorçage d'arc électrique, lesquels laisseraient croire que l'alternateur fonctionnait. Aucun signe d'amorçage d'arc électrique n'a été découvert.

Examen du montant

Les dommages causés au bord d'attaque du montant correspondaient au type de dommage relevé sur le bord de fuite de la pale arrière. Ce dommage indiquait que la pale avait été repoussée vers l'arrière alors qu'elle se trouvait en position de rangement. Le mécanisme du verrou anti-rotation se trouvait à l'intérieur des bossages du montant et il était replié et figé en position de rangement.

(Voir la photo « Mécanisme du verrou anti-rotation ».)

Conclusion relative à l'alternateur éolien

L'absence de dommages par rotation au moyeu de l'éolienne et à la pale, combinée au verrou anti-rotation figé en position de rangement et au type de dommage d'impact, indique que l'alternateur éolien était rentré au moment de l'impact.